• "Ensemble c'est tout " d'Anna Gavalda

    "Ensemble c'est tout" d'Anna Gavalda

    Bonjour à tous, j'espère que vous êtes en bonne santé et que votre confinement se passe bien. La fin de mon année approche, je m'accorde du temps pour moi et je relâche totalement les cours jusqu'à juin. Alors je me suis remise à lire pour le plaisir, chose qui ne m'arrive pas souvent, je lis avant tout pour les études donc je suis contrainte de lire, que cela me plaise ou non. Heureusement la majorité des livres me plaisent beaucoup, mais les petites lectures légères ne font plus parties de mon quotidien. Alors j'ai retrouvé la pile de livres que j'avais acheté d'occasion dans une bouquinerie à Nîmes il y a un an. Je me suis jetée sur Anna Gavalda que je connais assez peu. Et quelle découverte ! Ma sœur m'avait conseillé ce livre, j'ai compris pourquoi : je l'ai dévoré !

    "Mais tu vois, si être intello ça veut dire aimer s'instruire, être curieux, attentif, admirer, s'émouvoir, essayer de comprendre comment tout ça tient debout et tenter de se coucher un peu moins con que la veille, alors oui, je le revendique totalement: non seulement je suis une intello, mais en plus je suis fière de l'être."

    Le livre est un beau roman qui tient bien en main, 573 pages dans l'édition J'ai Lu, de quoi nous occuper pendant plusieurs jours. Mon livre a déjà été tenu par d'autres mains puisque je l'ai acheté dans une bouquinerie à Nîmes pour 4,50€, la moitié de son prix initial. Je ressens un amour particulier pour les livres d'occasions, savoir qu'ils ont vécu et rencontré plein de personnes, voir leur usure temporelle ça m'émeus. Alors voilà, cette couverture bleue avec des lanternes multicolores déjà bien cornée m'a tout de suite plu. Mais ce qui détermine avant tout mon choix c'est la quatrième de couverture évidemment. Trois personnes totalement différentes dont le destin va se croiser pour s'aider à mieux vivre c'est tout à fait le genre d'histoire qui me fascine : comment les rencontres peuvent changer une vie ?

    "Ensemble c'est tout" d'Anna Gavalda

    "Leur histoire, c'est la théorie des dominos, mais à l'envers. Au lieu de se faire tomber, ils s'aident à se relever"

     Une histoire sur les différences, sur les cailloux du passé qui s'entassent au fond de nous, ces boulets qui nous empêchent de marcher droit et d'aller vers les autres. Des tempéraments comme des couleurs, des nuances, des mosaïques : d'abord Camille, 27 ans, elle dessinait mais désormais elle fait des ménages la nuit, corps fébrile qui vit sous les toits de Paris qui tente de supporter plein de cailloux ; Philibert, 37 ans, grand garçon qui bégaye bercé par les bonnes manières d'une famille anachronique mais dont la gentillesse sublime le quotidien ; Franck, 34 ans, homme énervé contre la vie aussi grossière que ses paroles, collectionneur de filles et de motos qui est plongé dans son travail de cuisinier et sa grand-mère trop douce, la petite vieille Paulette amoureuse son jardin mais qui tombe, tombe, tombe... Tous à terre ils vont se croiser et se tendre la main pour affronter la vie, ensemble. 

    Un passage qui m'a particulièrement marqué, typiquement le genre de citation que l'on retient longtemps en mémoire...

    On entre dans l'histoire comme on toque à la porte discrètement... Quatre parties, quatre mains tendues. L'écriture d'Anna Gavalda est vivante, pleine de dialogues au discours direct, mais aussi une voix narrative qui pénètre dans les esprits des personnages pour secouer les pensées pas formulées, un peu floues, au discours indirect, indirect libre ou narrativisé. Mais une écriture légère, qui prend la forme des flots de la vie. La présence du narrateur est discrète, il porte un regard tendre sur ses personnages. Des phrases simples, presque poétiques avec des passages marquants par leur résonance avec nos vies. Comme des regard discrets, nous percevons des bribes de vérités, de réflexions déjà vécues, des phrases qui vibrent en nous. Une vraie lecture-plaisir, douce et rassurante. On en ressort avec l'envie de croire en l'étincelle de la vie. Les erreurs ne sont pas définitives, le manque de courage n'est pas fatal, les peurs ne sont pas ineffaçables. Battre la solitude ensemble. Le livre qui illustre parfaitement l'expression "se serrer les coudes" avec un ton léger et subtilement drôle. Malgré le langage vulgaire de Franck, elle le rend fleuri en retranscrivant la colère, la rage, le sur-plein qui doit exploser. Un roman plein certes mais un roman léger, comme composé de bribes de vie par les quatre parties qui divise le roman, mais aussi par les petits chapitres parfois d'une seule page. Les blancs typographiques ont pour effet faire proliférer les réflexions, mais aussi prendre plaisir de chaque petit paragraphe, chaque petit instant de vie retranscrit sur le papier. Les paragraphes sont nombreux aussi, j'aime beaucoup ces espaces de silence même si parfois ils ont pour fonction d'ellipses je les trouve très efficaces. D'autres fois les blocs de mots font miroiter le fouillis de l'âme et les confessions. Voilà une écriture qui s'apprécie très facilement et qui s'accorde très bien avec l'histoire. Parfois j'aurais aimé un peu moins de dialogue parfois on ne sait plus qui parle... mais ce n'est que personnel.

    "On ne voulait pas recommencer les mêmes erreurs alors on en a fait d'autres..."

    "Ensemble c'est tout" d'Anna Gavalda

     "- Tu crois que c'est comme tes mines de crayon ? Tu crois que ça s'use quand on s'en sert ?
    - De quoi ?
    - Les sentiments."

    Je suis passée du rire aux larmes, on peut lire qu'il coule de mièvrerie et de bons sentiments mais moi ce n'est pas ce que j'ai ressenti. C'est une histoire très bien tissée, qui respire la vérité, qui respire l'espoir d'une vie meilleure, qui respire les regrets, qui respire les peurs et toutes ces choses que nous ressentons dans notre vie. Pas d'histoire qui coule comme dans les publicités ou dans les contes de fées, une vraie histoire ou plutôt des histoires qui se croisent, des zones d'ombres qui subsistent et des non-événements parfois mais toujours de l'émotion dans la lecture et des questions qui défilent au fil des pages. Comment ne pas aimer ce livre ? Ce n'est pas un Balzac ni de la grande poésie, mais pourquoi nous lisons ? Pour le plaisir non ? Alors lisez, laissez-vous emporter par la vie de Camille, Paulette, Franck et Philibert. Ce livre fait du bien, rien de plus et je ne m'attendais pas à plus, il remue et il panse quelque chose en nous. Et je suis heureuse de l'avoir vieillit encore un peu ce joli bouquin.

    "Ils ne demandaient rien d'autre que d'être heureux ensemble. Même pas heureux d'ailleurs, ils n'étaient plus si exigeants. D'être ensemble, c'est tout."

    Véritable piège à citation, ce roman est truffé de petites anecdotes qui restent en mémoire. Il faudrait le relire pour prendre soin de coucher quelque part ces bouts qui ressemblent presque à des béquilles sur lesquelles on a envie de se tenir. En espérant vous avoir donné envie de lire ce roman, ou si vous le connaissez déjà n'hésitez pas à me dire quelles étaient vos impressions. J'attends vos commentaires en parcourant ma nouvelle lecture... Passez une belle journée, prenez soin de vous et lisez autant que vous le pouvez, j'espère que vous avez le temps pour. Je vous embrasse.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 7 Mai à 16:25
    Il y a des histoires qui sont belles parce qu'elles sont racontées avec des mots qui font "joli", et d'autres qui sont racontées avec des mots simples et vrais. Je crois que ce livre fait partie de la deuxième catégorie.Je l'ai lu il y a environ six ans je crois, et j'en garde toujours, étonnamment, un doux souvenir.
      • Vendredi 8 Mai à 18:03

        Je suis tout à fait d'accord, l'histoire résonne en nous et je pense que je garderai en mémoire certains passages comme une petite fable, une petite leçon de vie.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :